Cycle de perfectionnement en stylisme et modélisme: La scolarité

ESCP-66621

LA SCOLARITÉ

Appréhender la spécificité de couturiers ou de créateurs marquants, non pas par une approche purement esthétique mais structurelle des produits.

La scolarité est d’une durée totale de 30 semaines du début du mois d’octobre à la fin du mois de mai, 840 heures à raison de 28 heures par semaine.

Dans le but de favoriser l’insertion professionnelle, une période de stage de 7 mois est prévue en fin de scolarité entre la fin de la scolarité et le 31 décembre de l’année.

LE PROGRAMME

Le programme s’articule autour d’une pédagogie qui intègre les différents enseignements dans le développement de projets transversaux :

Moulage :

  • Apprendre à se servir selon les besoins de la coupe par moulage ou à plat.
  • Reprise des bases de construction.
  • Savoir interpréter un dessin dans un volume 3D.

 

La Fabrication :

  • De la jupe.
  • Du chemisier.
  • Du tailleur.
  • Du Flou.
  • Du pantalon.

Coupe à plat :

  • Apprendre à se servir selon les besoins de la coupe par moulage ou à plat.
  • Reprise des bases de construction
  • Etude des principes de transformations
  • Application sur des modèles
  • Mise au point patronage

Stylisme/ création :

  • Module tailleur
  • Concours KOBE
  • Module FLOU
  • Module Textile

 

ÉVALUATIONS ET EXAMENS

Un contrôle continu permet l’obtention du certificat spécifique de formation du Cycle de Perfectionnement en Stylisme/Modélisme de l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne.

Chaque évaluation donne lieu à l’attribution d’une note sur 20, la moyenne étant supérieure ou égale à 10.

La moyenne générale de l’ensemble des évaluations devant être égale ou supérieure à 10.

Fin janvier, un relevé détaillant les notes obtenues ainsi que les appréciations et les commentaires des enseignants sont envoyés à chaque étudiant accompagné d’un relevé de ses absences. Les absences non justifiées entraînent une diminution proportionnelle de la note dans le domaine concerné.

 

© crédit photo : Pascal Montary